Lettre de C.W. Leadbeater à Annie Besant du 30 juin 1906.

Mise au point au sujet de ses recommandations.

Ma chère Annie,

.... Mes opinions à ce sujet que beaucoup de personnes considèrent comme fausses ont été formées bien avant mon appartenance théosophique.... Une fonction naturelle existe, qui en elle-même n'est plus honteuse (sauf si satisfaite aux dépends d'une autre personne) que celle de manger ou de boire.... une accumulation a lieu, et une décharge à intervalles réguliers - habituellement tous les quinze jours - mais qui peut être plus fréquente, et l'esprit de la personne peut être en constante oppression pendant la dernière partie de chaque intervalle. L'idée était de contrôler la chose à un âge où elle n'a pas encore grandi et avoir atteint une puissance la rendant pratiquement incontrôlable, et de créer l'habitude de provoquer de petites décharges artificielles, sans aucune arrière-pensée.... L'intervalle suggéré habituellement est d'une semaine, mais dans certains cas, la moîtié de ce temps est permise. Cette recommandation était toujours d'étendre cet intervalle autant que possible tant que l'on puisse éviter la pensée ou le désir sur ce sujet.

Bien entendu, vous comprendrez que cette partie sexuelle de la vie n'était pas mise en évidence, mais prise seulement parmi un grand nombre de directions pour le contrôle de l'existense.... Ainsi, lorsque des garçons furent confiés à mes soins, j'ai parlé de ce sujet parmi d'autres, évitant toujours d'éveiller une fausse honte, et de le faire apparaître comme aussi naturel et simple que possible, toutefois comme quelque chose dont il ne convient pas de parler avec d'autres...

Avec beaucoup d'amour, je reste votre très affectionné,

C.W. Leadbeater.