Lettre de C.W. Leadbeater à Annie Besant
au sujet de la Liturgie révisée de l'Eglise Vieille-Catholique.



Sydney, le 12 décembre 1920.

La nuit passée nous avons eu l'honneur de présenter le Rituel révisé de la Messe au Seigneur Maitreya, qui doit être utilisé par l'Eglise Vieille-Catholique, sur lequel nous [Wedgwood et Leadbeater]  avons travaillé pendant de nombreux mois. Nous acons souhaité très souvent de posséder le don des langues qui nous a été refusé, et nous nous sommes souvent sentis au-dessous de la tâche à accomplir. Les plus grands poètes et écrivains contemporains auraient dû s'attacher à une telle oeuvre, et non pas deux évêques dans une banlieue de Sydney! Notre seule qualification était une familiarité avec les formes ecclésiastiques et une profonde angoisse de ne pas faire exactement ce qu'Il voulait. Nos instructions étaient de préserver l'antique forme-pensée et l'operation de l'ancienne magie - les effets des actes divers à des stades différents, la descente et le retour de l'Ange de la Présence, etc... - mais d'en "retirer tout le brun et le gris et de remplacer l'architecte gothique par la classique".

Nous avons tenter de faire cela de notre mieux, mais apparemment nous n'avons pas suffisamment réussi. Il semblerait que les Grands Etres aient inspiré les bandes de francs maçons errantes (qui ont construit la plupart des grandes cathédrales d'Europe) avec l'idée du type gothique comme une représentation précise, sur le plan physique, tentant de montrer comment il serait souhaitable que la forme-pensée construite par leurs services religieux apparaîsse; mais ils furent particulièrement lents à voir l'analogie. Ils commencèrent par avoir vis-à-vis de Dieu une attitude obséquieuse et abaissante, voyant en Lui un Etre devant être appaisé, Le suppliant de les écouter pour un moment avant qu'ils ne soient detruits par Lui, d'avoir pitié d'eux, et agissant d'une manière générale comme s'Il était un tyran de mauvais caractère au lieu d'un Père aimant. Ainsi leur dévotion créait en général une sorte de construction à toit plat - une surface morte de nervosité et de peur, avec de fréquentes dépressions de pure terreur:
(Je parle évidemment de la majorité, non pas des grands Saints, et je ne fais que répéter de qu'Il nous a dit Lui-même.). Il espère que nous remplacerons le splendide mouvement rapide du gothique qui est constemment interrompu par des coupes de dépression, par des spires et des minarets d'extase, d'amour et de dévotion:
Voilà, nous avons fait ce que nous avons pu, mais pour faire ces changements tout en conservant les parties essentielles des formes anciennes ne fut pas tâche facile. Le Seigneur eût la bonté de nous dire que le résultat de notre travail était une amélioration sensible sur tout ce qui avait été fait au paravant et qu'il serait bon que nous poursuivions sur cette voie; mais je pense qu'il s'agit d'un stade intermédiaire vers une Messe d'Affirmation, plutôt qu'une Messe de prière, dans laquelle nous ne demanderons plus à Dieu de faire pour nous toutes sortes de choses que nous devrions faire nous-mêmes, ni de Lui rappeler qu'Il fit ceci ou celà il y a bien longtemps aux enfants d'Israël, mais qui donnera à nos congrégations de telles explications et que nous ne nous tournerons vers Lui que pour invoquer directement Ses Pouvoirs par de grands actes magiques, et lorsque nous nous seront entièrement placés devant Lui en amour total et en parfaite adoration.

Mais nous devons y amener les gens graduellement, et cel s'écarte déjà de leurs idées préconçues. Il a accepté gracieusement notre travail, n'y supprimant que l'expression "Agneau de Dieu qui portez les pechés du monde", que nous avions laissé à cause de son antiquité, mais que nous n'aimions pas vraiment.