Lettre de C.W. Leadbeater à Annie Besant
au sujet du Service de Guérison.



Sydney, le 25 mai 1923.

A la demande d'un certain nombre de membres de notre propre congrégation de l'Eglise Catholique Libérale, ceux qui ont été déçus devraient pourvoir bénéficier du Service de Guérison selon notre  rituel. C'est pourquoi j'en ai célébré un dimanche dernier, au cours duquel soixante-dix patients ont été traités. Nous n'avons pas eu de guérison instantanée, mais chaque patient a témoigné d'une amélioration marquée. Si des patients le désirent (et je crois qu'ils le feront) je continuerai probablement à célébrer ces services de temps à autres, car je suis raisonnablement certain que dans de nombreux cas, leurs maladies cèderont le pas à des traitements répétés. Il y a là un champ de recherches extrêmement intéressant.

Je pense que cette question, que nous pourrions appeler guérison spirituelle, n'a pratiquement jamais été abordée avec un esprit scientifique. On considère de telles guérisons comme l'intervention directe du Tout-Puissant défiant l'action naturelle de Ses propres lois; et ou bien le patient est guéri instantanément, ou bien il est condamné pour n'avoir pas assez de foi pour obtenir l'effet de guérison. Il me semble que celle-ci est l'une des nombreuses méthodes de guérison des maladies - une méthode qui peut être efficace instantanément dans certains cas, mais parfois d'une efficacité graduelle ne devenant visible qu'après des doses répétées d'énergies; et même parfois inefficace dans d'autres cas.

Notre Service de Guérison invoque un "Ange de Guérison"; et comme réponse à la mienne apparut une figure angélique colossale et très digne, que je n'avais jamais vue jusqu'à ce jour. Mis à part un gentil sourire de salutation, il ne prit que peu d'intérêt pour notre présence et apparût déverser des torrents d'énergie non seulement sur les patients, mais sur d'autres membres de la congrégation.

La puissance que d'autres semblaient porter fut émorme - elle fut telle que deux personnes s'évanouirent, et que plusieurs autres furent affectées d'une manière ou d'une autre. Je tenterai humblement de faire sa connaissance, s'il me le permet, parce que je pense qu'il pourrait fournir beaucoup d'informations de valeur et peut-être de nous montrer comment utiliser l'énorme déversement d'énergie d'une manière plus efficace et plus économique. Lorsque j'aurai rassemblé assez de faits pour pouvoir dire quelque chose de définitif, je pourrai peut-être en tirer un article.